Aller au contenu principal

Une réalisation du CDEACF

CDEACF

Des compétences et de la reconnaissance des acquis

 


  

Qu'est-ce qu'une compétence?

À l'origine du concept de compétence se trouve l'idée qu'il ne suffit pas de maîtriser des savoirs (lire, calculer) car ce qui importe est ce que l'on fait de ces connaissances. Ce concept s'est développé à partir des années 1930 dans le milieu de travail avant de gagner progressivement le monde de la formation professionnelle puis celui de la formation des adultes.

Le concept de compétence se rattache à la relation entre les connaissances et l'action, la situation concrète. Il est très lié aux concepts de l'andragogie, où l'enseignement s'appuie sur l'expérience et les besoins de l 'adulte en formation.

Pour définir la compétence on parle souvent de « capacité d'action » (Perrenoud) ou de « savoir d'action » (Le Boterf).

Pour un grand nombre de spécialistes du travail, la compétence est au centre de trois composantes dans un contexte particulier :

  • le savoir (somme des savoirs théoriques et techniques ou connaissances)
  • le savoir-faire (ou habiletés)
  • le savoir-être (ou qualités personnelles).

Une personne compétente réunit ces trois facettes de l’exercice de ses savoirs dans différents contextes.

La notion de savoir-être comme élément majeur de la compétence signifie qu'il ne suffit pas d'être une bonne technicienne par exemple, ou d'avoir beaucoup de connaisance : il faut également pourvoir mettre en oeuvre ces savoirs sans éprouver de gêne, par exemple, pour pouvoir être »compétente ».

La compétence se démontre dans l’action, dans la capacité d’un individu à mobiliser des connaissances acquises et les ressources de l'environnement (documents, outils) dans un contexte particulier. Elle se développe dans la capacité à s'adapter au changement. Plus encore, elle s'évalue en contexte, par les pairs. Cela laisse également la part belle à l’auto-évaluation par l’apprenant, qui peut avoir plus facilement conscience de sa progression.

Être compétent signifie, entre autres, de savoir s'adapter à l'environnement et au changement.

Pour aller plus loin, on peut dire qu'une personne est compétente quand elle peut expliquer pourquoi elle a réussi, quand elle analyse la façon dont elle a mobilisé une compétence pour réaliser une action et atteindre un objectif. C'est ce que l'on nomme "le retour réflexif".

L’approche par compétences dans l’éducation

Ce qui rend complexe la notion de compétence dans la formation des adultes est la nécessité de prendre en compte un nouveau paradygme, à savoir celui des attitudes et savoirs-être. Cela implique également de bâtir les formations à partir de tâches à réaliser.

À terme, cela peut rendre les formations plus efficaces, mais cela nécessitera des efforts et encore plus de réflexion de la part du monde enseignant.

L'approche par compétence devrait permettre de préparer les individus à réaliser des tâches dans n'importe quelle situation.

Il s’agit, entre autres, de créer des situations dans lesquelles la compétence pourra être mise en oeuvre, démontrée et évaluée puis transférée à une autre situation où l’apprenant réutilisera ses compétences acquises avec plus d’autonomie et d’initiative.

L'évaluation des compétences

Pour évaluer les compétences on passe encore souvent par les tests classiques, des questionnaires papier, ce qui est très déstabilisant pour des personnes que l'on a formé dans une approche par tâche et/ou qui n'ont pas connu une bonne expérience avec ces évaluations de type scolaire.

Le positionnement peut et doit se faire autrement pour évaluer la personne comme il lui convient.

Transferts d'apprentissages et compétences

Quand les gens apprennent par expérience, il faut qu'ils fassent un retour réflexif pour se situer par rapport à leurs compétences, pas seulement sur ce qu'ils ont fait mais aussi sur comment ils l'ont abordé... cela leur permettra de transposer cette expérience dans un autre domaine, à l'occasion, et à ce moment-là ils agiront avec compétence.

La réflexivité se développe. Si une personne ne sais pas pourquoi elle est convaincante quand elle donne une conférence, par exemple, alors elle le fait comme un robot : elle n'a que le savoir-faire. Pour développer la réflexivité on peut proposer des auto-évaluations.

Les compétences essentielles

Depuis le début de la réflexion sur les compétences, la lecture, l’écriture et le calcul sont qualifiées de « compétences de base ». Elles sont aussi les premières matières enseignées à l’école et l’on considère généralement qu’elles sont le préalable à l’apprentissage des autres matières. Cependant elles ne sont pas suffisantes et ne prennent pas en compte les savoirs-faire et les attitudes.

La liste des compétences essentielles développée par le gouvernement du Canada s'inspire de listes existantes dans d'autres pays industrialisés (Australie, Grande-Bretagne, Etat-Unis) ainsi que d'enquêtes effectuées auprès de travailleurs et d'employeurs dans des métiers nécessitant un diplôme de niveau V ou moins.

Les compétences essentielles, telles qu’elles sont utilisées aujourd’hui au Canada, résultent d’une longue réflexion qui s’inscrit dans un contexte international de développement économique et de formation des adultes. Pour toutes les personnes engagées dans l’alphabétisation et la formation de base, l’approche par compétence est un défi, car elle commande une façon nouvelle de concevoir les programmes.

 

 

 

Qu'est-ce que la reconnaissance des acquis et des compétences?

 

 

 

 

Les adultes apprennent de différentes manières, tout au long de leur vie. Ils acquièrent des connaissances et des habiletés au travail et à la maison, en fonction de leurs besoins. Les efforts dont ils font preuve dans le secteur du bénévolat et pendant leur temps libre contribuent tous à l'apprentissage des adultes. Par exemple, un nombre important d'adultes ont développé leurs compétences en informatique au cours des dernières années.

Pourtant, de nombreuses personnes ne disposent d'aucune documentation ou autres moyens leur permettant de vérifier et de faire valoir leur savoir et leurs compétences.

La reconnaissance des acquis est un processus qui aide les adultes à démontrer et à obtenir une reconnaissance de l'apprentissage qu'ils ont acquis en dehors des milieux d'enseignement formels.

La reconnaissance des acquis et des compétences est axée sur le savoir et le savoir-faire des adultes.

 

 

 

  Pourquoi faire reconnaitre ses acquis et ses compétences?

 

  • Pour obtenir une reconnaissance officielle
  • Pour augmenter ses chances de décrocher un emploi
  • Pour améliorer ses qualifications et conserver son emploi
  • Pour accroître ses chances d’avancement
  • Pour faciliter une réorientation de carrière
  • Pour identifier les compétences maîtrisées et acquérir les manquantes
  • Pour préciser ses besoins de formation ou de perfectionnement
  • Pour diminuer la durée d’un parcours de formation
  • Pour avoir les préalables requis à d’autres formations

 

 
La recherche indique que la reconnaissance des acquis et des compétences améliore également la confiance en soi, l’estime personnelle ainsi que la motivation envers l'apprentissage.
 

La reconnaissance des acquis et des compétences est un processus qui permet à une personne d’obtenir une  reconnaissance officielle (attestation, dîplome, etc.) pour l'apprentissage qu’elle a acquis en dehors des milieux d'enseignement formels.

Le bilan des compétences est le résultat du processus qui permet à une personne d'identifier et d'analyser ses connaissances, attitudes, habiletés, compétences, aptitudes ainsi que ses capacités personnelles et professionnelles pour un projet professionnel, personnel ou de formation. Le bilan des compétences peut conduire à la reconnaissance des acquis et des compétences.

La validation des acquis de l’expérience est une mesure appliquée en France. Elle permet à toute personne, quels que soient son âge, son niveau d'études ou son statut, de faire valider les acquis de son expérience professionnelle(salariée, non salariée, bénévole) pour obtenir une certification professionnelle. La VAE permet d'obtenir, en totalité ou en partie, un diplôme, un titre ou un certificat de qualification professionnelle.
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 


 

Une autre facette : la reconnaissance des acquis et des compétences des personnes qui ont travaillés ou qui ont été formées à

l’étranger

 

 

Pourquoi faire reconnaitre ses acquis et ses compétences quand on est une personne immigrante?

Les nouveaux arrivants peuvent faire évaluer leurs documents scolaires (diplômes, certificats, etc.). Cependant, la reconnaissance des acquis et des compétences comporte plusieurs avantages car les connaissances et les habiletés qu'ils ont acquises en dehors des milieux d'enseignement formels seront prises en compte.
 

  Pour accéder à un emploi

La reconnaissance des acquis et des compétences :

  • élargit l'accès aux professions en offrant des renseignements importants sur les connaissances et le savoir-faire déjà acquis
  • aide à déterminer si une personne doit suivre une formation additionnelle
  • permet de réduire les coûts en définissant les besoins en formation de manière plus précise.
 

  Pour poursuivre des études

Faire reconnaitre ses acquis et ses compétences :

  • facilite l'accès dans le cas où les titres et les diplômes officiels ne sont pas bien compris
  • aide à orienter les personnes vers des niveaux adéquats au sein de programmes pédagogiques
  • élimine la nécessité d'étudier des éléments déjà appris
  • aide à élaborer des plans et des objectifs clairs
  • peut réduire la charge de travail et le coût des études